Sylvia Day
Read an Excerpt →

Apr 3, 2013  •  J'ai Lu  •  9782290064993

French Excerpt

Read the English excerpt →

Épisode 1

J’aimais New York avec passion. Sa vitalité, son énergie, son rythme, sa démesure, son goût du paradoxe, cette espèce de vibration colorée qui en faisait une ville à nulle autre pareille.

Et l’incarnation vivante de ce dynamisme, de cette ambition sans bornes et de cette puissance unique venait de me régaler de deux prodigieux orgasmes.

Je jetai un coup d’œil aux draps froissés et je soupirai de plaisir au souvenir de nos ébats. Les cheveux encore mouillés au sortir de la douche, je ne portais en tout et pour tout qu’un drap de bain alors que j’étais supposée être au bureau une heure et demie plus tard… De toute évidence, j’allais devoir réaménager mon planning pour tenir compte du temps consacré aux ébats sexuels matinaux si je ne voulais pas courir perpétuellement, car dès le réveil Gideon Cross était prêt à conquérir le monde, et il adorait commencer par exercer sa domination sur moi.

Juillet approchait et la température commençait à grimper sérieusement. J’optai donc pour un pantalon de lin et un chemisier sans manches d’un gris pâle assorti à mes yeux. N’ayant aucun talent en matière de coiffure, je me contentai d’attacher mes longs cheveux blonds en queue-de-cheval, puis passai au maquillage. Une fois présentable, je quittai la chambre.

La voix de Gideon me parvint à l’instant où je posai le pied dans le couloir. Je me rendis compte qu’il était en colère. Sa voix était sourde et sèche. Gideon perdait rarement son sang-froid… sauf quand je le déstabilisais. Dans ces cas-là, il haussait le ton, jurait, et se ratissait nerveusement les cheveux. Cependant, la plupart du temps, c’était un modèle de maîtrise. Du reste, pourquoi aurait-il élevé la voix alors qu’il lui suffisait d’un regard ou d’une remarque bien sentie pour que ses interlocuteurs se mettent à trembler comme une feuille ?

Je le trouvai dans son bureau. Il tournait le dos à la porte, un récepteur bluetooth coincé dans l’oreille. Les bras croisés, le regard fixé vers la fenêtre de son penthouse surplombant la Cinquième Avenue, il semblait très solitaire – un individu coupé du monde qui l’entourait et cependant suprêmement capable de le diriger.

Je m’appuyai au chambranle pour savourer le spectacle fort agréable qui s’offrait à moi, en l’occurrence sa silhouette qui se découpait sur un vertigineux décor de gratte-ciel. Il portait le pantalon et le gilet d’un costume trois pièces hors de prix – tenue qui ne manquait jamais de m’émoustiller parce qu’elle mettait en valeur ses fesses musclées et sa carrure.

Un immense collage de photos de nous deux disposées autour d’un cliché de moi très intime, capturé durant mon sommeil, était fixé à l’un des murs. Les autres photos avaient presque toutes étaient prises par les paparazzis qui suivaient le moindre de ses déplacements. À seulement vingt-huit ans, Gideon Cross, fondateur et P-DG de Cross Industries, était l’une des personnes les plus riches du monde. Je le soupçonnais de posséder une bonne partie de Manhattan, et je savais sans l’ombre d’un doute que c’était l’un des hommes les plus séduisants de la planète. Je savais aussi qu’il avait des photos de moi partout où il travaillait, comme si me contempler pouvait être aussi agréable que de le contempler lui.

Il se retourna lentement et je me retrouvai prise au piège de son regard bleu. Bien entendu, il avait perçu ma présence. Dès que nous étions dans la même pièce, l’atmosphère se chargeait d’électricité, et d’une tension larvée rappelant le silence qui précède un coup de tonnerre. Il avait probablement laissé passer à dessein quelques secondes avant de me faire face, m’offrant ainsi l’occasion de l’admirer à loisir parce qu’il savait que j’adorais cela.

  1. Noir Danger. Rien que pour mes yeux.

Seigneur… jamais je ne m’habituerais au choc que ce visage produisait sur moi. À ces pommettes sculptées, à ces sourcils aile de corbeau, à ces yeux bleus frangés de cils épais, à ces lèvres aussi sensuelles qu’insolentes. J’aimais lorsqu’elles se relevaient sur un sourire coquin, et me raidissais quand elles formaient un pli sévère. Et quand elles se promenaient sur mon corps, je m’embrasais purement et simplement.

Non, mais écoute-toi, ma pauvre fille.

Je ne pus m’empêcher de sourire en me rappelant l’ennui profond qui s’emparait de moi lorsque mes copines décrivaient leur petit ami avec de grandes envolées lyriques. J’avais bonne mine, moi qui passais désormais mon temps à m’extasier devant le physique de l’homme compliqué, irritant, perturbé et irrémédiablement sexy, dont j’étais chaque jour davantage amoureuse.

Tandis que nos regards se croisaient, son froncement de sourcils ne s’atténua pas plus que le feu roulant de propos peu amènes qu’il déversait sur son malheureux interlocuteur, mais la froide irritation au fond de ses yeux céda peu à peu la place à une flamme ardente.

Dès qu’il me voyait, il se métamorphosait. J’aurais dû y être habituée à présent, eh bien, non, j’étais chaque fois prise de court. Ce regard exprimait la force et la profondeur du désir que je lui inspirais – et qu’il assouvissait à la moindre occasion –, mais m’offrait aussi un aperçu de sa volonté dans ce qu’elle avait d’inflexible et d’inébranlable. Tout ce que Gideon faisait était marqué du sceau de la puissance et de l’autorité.

— Samedi, 8 heures, conclut-il avant de se débarrasser du récepteur qu’il posa sur le bureau. Viens par ici, Eva.

De nouveau je frémis. Il avait prononcé ces quelques mots du ton mordant qu’il employait pour m’ordonner de jouir lorsque j’étais sous lui… qu’il m’emplissait… et que je m’efforçais de lui obéir…

— Pas le temps, champion, répliquai-je avant de battre en retraite dans le couloir.

Je connaissais mes faiblesses. Quand elle prenait cette tonalité rauque, sa voix avait quasiment à elle seule le pouvoir de me mener à l’orgasme. Et il suffisait qu’il me touche pour que je lui cède.

Je filai en direction de la cuisine.

Je l’entendis grommeler, puis il s’élança à ma suite, me rattrapa en quelques enjambées, et je me retrouvai plaquée contre le mur du couloir.

— Tu sais ce qui se passe quand tu enfuis, mon ange, murmura-t-il avant de me mordiller les lèvres, puis d’y passer la pointe de la langue. Je te rattrape toujours.

Je laissai échapper un soupir d’heureuse reddition et mon corps s’alanguit de plaisir au contact du sien. J’avais si constamment faim de lui que c’en était physiquement douloureux. Ce que je ressentais allait bien au-delà du désir. Aucun autre homme avant lui n’était jamais parvenu à me faire éprouver quelque chose d’aussi profond, d’aussi rare. Si un autre que lui avait tenté d’utiliser son corps pour s’imposer à moi, j’aurais paniqué. Cela n’avait jamais été un problème avec Gideon parce qu’il savait de quoi j’avais envie et ce que j’étais en mesure d’accepter.

Il me gratifia d’un sourire aussi soudain qu’étincelant, et mon cœur cessa un instant de battre.

Il frotta le bout de son nez contre le mien.

— Tu n’as pas le droit de me sourire comme tu l’as fait, puis de te sauver. Dis-moi à quoi tu pensais quand j’étais au téléphone.

J’affichais une expression ironique.

— Je me disais que tu étais vraiment très beau. Ça m’arrive tout le temps, c’est écœurant. Il va falloir que j’entame une cure de désamour.

Il glissa la main au creux de mon dos, m’attira plus près de lui et ondula du bassin. C’était un amant scandaleusement doué. Et il en avait conscience.

— Essaie seulement, répliqua-t-il.

— Tiens donc ! Je croyais que tu avais horreur des femmes qui ont des attentes excessives à ton endroit.

Nous formions un couple depuis si peu de temps. À peine un mois. Et nous ne savions ni l’un ni l’autre comment gérer une relation comme celle que nous tentions de construire – une relation fondée sur l’admission de nos fêlures réciproques.

Il me caressa la lèvre du pouce.

— Je veux occuper toutes tes pensées. Afin qu’il n’y ait plus de place pour qui que ce soit d’autre.

Je pris une profonde inspiration. Son regard brûlant, son ton provocant, la chaleur de son corps si proche, son odeur enivrante me laissaient toute tremblante de désir. Il était ma drogue et je n’avais aucune intention de décrocher.

— Gideon, soufflai-je.

Un gémissement franchit ses lèvres avant que sa bouche ne recouvre la mienne. Le baiser dont il me gratifia me fit oublier l’heure… et parvint presque à détourner mon attention de la dépendance qui venait de m’être révélée.

J’enfouis les doigts dans ses cheveux, immisçai la langue entre ses lèvres pour caresser la sienne.

Il m’enveloppa de ses bras, et murmura tout contre ma bouche :

— J’aurais aimé passer le week-end avec toi en Floride, dans les Keys – rien que toi et moi, entièrement nus.

— Hmm, ça me paraît sympathique.

Plus que sympathique même. Si alléchante que fût la vision de Gideon en costume trois pièces, celle de son corps nu me faisait défaillir. J’hésitais à lui avouer que je ne serais pas libre du week-end…

— Malheureusement, je vais être pris par mes affaires, reprit-il.

— Des affaires dont tu ne t’es pas occupé à cause de moi ?

Il quittait le bureau de bonne heure afin de passer du temps avec moi et cela devait lui en coûter. Les trois maris successifs de ma mère étaient tous des magnats de la finance et j’étais bien placée pour savoir que de longues journées de travail étaient le prix à payer lorsqu’on était ambitieux.

— Je verse de généreux salaires à mes employés pour être avec toi, rétorqua-t-il.

Belle esquive. J’eus cependant le temps de voir une lueur irritée s’allumer dans son regard et jugeai plus sage de changer de sujet.

— Et je t’en remercie. À présent, je ferais bien d’aller préparer le café ou nous allons être en retard.

Gideon fit courir sa langue sur ma lèvre inférieure avant de me relâcher.

— J’aimerais décoller aux alentours de 20 heures, demain soir, lança-t-il en regagnant son bureau. Prévois des vêtements légers. La canicule a déjà frappé en Arizona.

— Quoi ? C’est en Arizona que tes affaires t’appellent ?

— Malheureusement, dit-il avant de disparaître.

Je demeurai un instant ahurie, puis décidai de reporter la discussion à plus tard, sachant que je ne serais bonne à rien tant que je n’aurais pas avalé ma dose de caféine. Je traversai le somptueux appartement en direction de la cuisine, le cliquetis de mes talons tour à tour amplifié par le parquet ou étouffé par de luxueux tapis d’Aubusson.

Une fois dans la cuisine, je me dépêchai de préparer nos gobelets de voyage. Quand Gideon me rejoignit, sa veste sur le bras et son portable à la main, je venais juste de placer le sien sous le bec verseur de la cafetière.

— C’est peut-être une bonne chose que tu ailles en Arizona finalement, déclarai-je en me tournant vers lui. Je compte avoir une sérieuse explication avec Cary ce week-end.

À l’évocation de mon colocataire, Gideon se rembrunit. Il glissa son portable dans la poche intérieure de sa veste qu’il posa sur le dossier d’une chaise.

— Tu viens avec moi, Eva.

Je laissai échapper un soupir tout en versant un nuage de crème dans ma tasse.

— Pour faire quoi ? Me vautrer nue toute la journée en attendant de s’envoyer en l’air entre deux rendez-vous ?

Soutenant mon regard, il s’empara de son gobelet et sirota une gorgée de café brûlant avec un calme délibéré.

— Tu tiens vraiment à ce qu’on se dispute ?

— Tu tiens vraiment à être pénible ? On en a déjà parlé, Gideon. Tu sais que je ne peux pas laisser Cary seul après ce qui s’est passé hier soir.

L’enchevêtrement de corps nus que j’avais découvert dans mon salon m’avait profondément choquée.

Je rangeai la crème dans le frigo, consciente d’être littéralement aimantée par Gideon, comme s’il m’attirait à lui par la seule force de sa volonté. C’était ainsi depuis le premier jour. Gideon avait le pouvoir de me faire sentir physiquement ses exigences. Et il était extrêmement difficile d’y résister.

— Tu t’occupes de tes affaires, enchaînai-je, et moi, je m’occupe de mon meilleur ami. On aura tout le temps de s’occuper l’un de l’autre ensuite.

— Je ne serai pas de retour avant dimanche soir, Eva.

Mon estomac se serra à l’idée d’être séparée de lui aussi longtemps. La plupart des couples ne passent pas tout leur temps libre ensemble, mais nous ne formions pas un couple ordinaire. Nous souffrions tous deux de blocages et d’insécurités diverses, et d’un besoin compulsif de l’autre qui exigeait un contact régulier si nous voulions que notre relation fonctionne. Je détestais être loin de lui et je passais rarement plus de deux heures sans penser à lui.

— Tu ne supportes pas plus que moi cette idée, déclara-t-il tranquillement en m’étudiant de ce regard si pénétrant. On ne tiendra jamais aussi longtemps.

Je soufflai sur mon café avant de me risquer à en boire une gorgée. L’idée d’un week-end entier sans lui me mettait mal à l’aise. Pire, je ne supportais pas de l’imaginer passant autant de temps loin de moi. Des femmes moins fêlées et plus faciles à vivre que moi couraient les rues ; il n’aurait que l’embarras du choix

— Nous savons aussi bien l’un que l’autre que ce n’est pas précisément sain, Gideon, parvins-je malgré tout à objecter.

— Qui a dit cela ? Personne d’autre que nous ne sait ce que nous ressentons.

Soit. Je lui concédai un point.

— Il faut aller bosser, déclarai-je.

Nous étions dans une impasse, et je savais qu’en remettant à plus tard la conversation qui nous permettrait d’en sortir nous nous préparions à vivre une journée détestable. Mais pour l’heure, nous étions coincés.

Appuyé contre le comptoir de la cuisine, Gideon croisa les jambes, l’air buté.

— Il faut surtout et avant tout que tu m’accompagnes en Arizona, Eva.

— Gideon, répliquai-je, incapable de résister à l’envie de taper du pied, je ne peux pas renoncer à ma vie pour toi. Si je me transforme en potiche, tu te risques de te lasser très vite de moi. Et je ne me supporterai pas non plus. Consacrer deux jours à régler nos problèmes annexes ne nous tuera pas, même si ça ne nous plaît pas.

— Tu es bien trop compliquée pour qu’on puisse faire de toi une potiche, assura-t-il.

— Et côté complication tu en connais un rayon.

Gideon se redressa, et sa troublante sensualité laissa instantanément place à une extrême gravité. Il était si versatile… autant que moi, en fait.

— Ton nom est régulièrement apparu dans la presse ces derniers temps, Eva. Ta présence à New York n’est un secret pour personne. Je ne peux pas te laisser seule ici. Emmène Cary s’il le faut. Tu pourras en découdre avec lui pendant que tu attendras qu’on s’envoie en l’air entre deux rendez-vous.

Alors même qu’il tentait de détendre l’atmosphère, je compris qu’elle était la véritable raison de son refus d’être séparé de moi : Nathan. Gideon semblait craindre que mon ex-demi-frère, vivant cauchemar issu de mon passé, ne réapparaisse dans ma vie. À raison, devais-je admettre non sans effroi. L’anonymat qui m’avait protégée des années durant avait volé en éclats à l’instant où les médias avaient rendu notre relation publique.

Nous n’avions vraiment pas le temps de discuter de cela, mais je savais que Gideon refuserait de transiger. Il était homme à revendiquer haut et fort ce qui lui appartenait et se débarrassait impitoyablement de ses adversaires. Il ne tolérerait jamais qu’on me fasse du mal. J’étais son refuge, ce qui faisait de moi un être rare et précieux à ses yeux.

Il consulta sa montre.

— Il est temps d’y aller, mon ange.

Il attrapa sa veste, puis me fit signe de le précéder dans le salon où je récupérai mes affaires. Quelques instants plus tard, nous nous glissions sur la banquette arrière de son SUV Bentley noir.

— Bonjour, Angus, lançai-je au chauffeur.

— Bonjour, mademoiselle Tramell, répondit-il en effleurant du bout des doigts la visière de sa casquette, le sourire aux lèvres.

J’appréciais cet homme pour un tas de raisons, qu’il soit le chauffeur de Gideon depuis l’enfance et lui porte une réelle affection n’étant pas la moindre.

Alors qu’Angus s’insérait habilement dans le flot de la circulation, je jetai un coup d’œil à ma montre. À moins que nous ne nous retrouvions coincés dans les embouteillages, je devrais arriver à l’heure au bureau.

Après le silence tendu de l’appartement, le vacarme de Manhattan me réveilla aussi efficacement qu’une injection de caféine pure.

Je m’emparai de la main de Gideon et la pressai doucement.

— Tu te sentirais mieux si Cary et moi quittions New York pour le week-end ? On pourrait s’offrir un aller-retour à Las Vegas, par exemple.

— Je représente une menace pour Cary ? demanda-t-il en étrécissant les yeux. C’est pour cela que tu n’envisages pas de m’accompagner en Arizona ?

— Quoi ? Non. Je ne pense pas. C’est juste que, parfois, cela me prend la nuit entière pour l’inciter à se confier, expliquai-je en me tournant de côté sur la banquette pour lui faire face.

— Tu ne penses pas ? répéta-t-il, ne s’attachant qu’à la première partie de ma réponse.

— Il a peut-être l’impression de ne pas pouvoir me parler parce que je suis tout le temps avec toi, clarifiai-je en refermant les mains sur mon gobelet de café comme nous franchissions un ralentisseur. Il va falloir que tu surmontes ta jalousie vis-à-vis de Cary, Gideon. Quand je dis qu’il est comme un frère pour moi, je ne plaisante pas. Tu n’es pas obligé de l’aimer, mais il faut que tu comprennes qu’il fait partie de ma vie. De manière permanente.

— Tu lui as dit la même chose à mon sujet ?

— Je n’en ai pas eu besoin. Il le sait. J’essaie de trouver un compromis, là…

— Je ne fais jamais de compromis.

Je lui adressai un regard incrédule.

— En affaires, peut-être, mais il s’agit d’une relation, Gideon. Dans une relation, il faut donner si on veut…

Il m’interrompit en grommelant :

— Mon jet privé, mon hôtel, et si tu quittes l’hôtel, des gardes du corps t’accompagneront.

Cette soudaine capitulation me laissa muette de stupéfaction. Suffisamment longtemps pour que Gideon arque un sourcil, l’air de dire c’est à prendre ou à laisser.

— Tu ne crois pas que c’est un peu exagéré ? risquai-je. Cary sera avec moi.

— Tu m’excuseras, mais après ce que j’ai vu hier soir, je ne lui fais pas confiance pour garantir ta sécurité.

Il porta son gobelet à ses lèvres, adoptant une posture qui me signifiait que la conversation était terminée. Il m’avait fait part de ses conditions et elles n’étaient pas négociables.

J’aurais peut-être protesté si je n’avais pas compris qu’il ne songeait qu’à me protéger. J’avais quelques squelettes dans le placard, et le fait de sortir avec Gideon m’avait placée sous un éclairage médiatique qui risquait d’amener un jour Nathan Barker à ma porte.

À cela s’ajoutait le fait que Gideon avait un besoin maladif de tout contrôler. C’était ainsi, je devais m’en accommoder.

— D’accord, acquiesçai-je. Comment s’appelle ton hôtel ?

— J’en ai plusieurs. Tu choisiras celui qui te plaît, répondit-il en tournant les yeux vers la vitre. Scott t’enverra la liste par mail. Quand ton choix sera fait, tu le lui diras et il s’occupera de la réservation. Nous voyagerons ensemble à l’aller et au retour.

Alors que j’appuyais l’épaule contre la banquette pour boire une gorgée de café, je remarquai la façon dont il avait serré le poing sur sa cuisse. Son visage, qui se reflétait sur la vitre teintée de la Bentley, était impassible, mais je percevais sa contrariété.

— Merci, murmurai-je.

— Ne me remercie pas. Ça ne me plaît pas, Eva, répliqua-t-il, et un petit muscle tressaillit sur sa joue. Ton colocataire a pété les plombs et je ne te verrai pas du week-end.

Je ne supportais pas de le voir malheureux. Je lui pris son café, le calai avec le mien dans le porte-gobelet, puis je grimpai à califourchon sur ses genoux, et nouai les bras autour de son cou.

— J’apprécie l’effort que tu viens de faire, Gideon. Cela signifie beaucoup pour moi.

Il riva son beau regard ombrageux au mien.

— J’ai su que tu allais me rendre dingue à la seconde où je t’ai vue.

Je souris en me remémorant notre première rencontre.

— Les quatre fers en l’air dans le hall du Crossfire Building ?

— Avant ça. Dehors.

— Où ça, dehors ? demandai-je en fronçant les sourcils.

— Sur le trottoir.

Gideon referma les mains sur mes hanches en un geste possessif que j’adorais.

— Je me rendais à une réunion, continua-t-il. À une minute près, je t’aurais ratée. Je venais de monter en voiture quand tu as tourné à l’angle de la rue.

Je me souvenais que son SUV était garé devant le Crossfire ce jour-là. Impressionnée par l’immense building, je ne l’avais pas remarqué en arrivant, en revanche, je m’étais arrêtée devant en sortant.

— Je t’ai immédiatement repérée, avoua-t-il d’un ton bourru. Je ne pouvais pas te quitter des yeux. Je t’ai désirée instantanément. Follement. Presque violemment.

Comment avais-je pu ignorer que notre première rencontre allait bien au-delà de ce qu’elle semblait être ? J’étais persuadée que nous nous étions croisés par hasard. Mais si Gideon avait quitté le Crossfire, cela signifiait qu’il était revenu sur ses pas. Pour moi.

— Tu t’es arrêtée juste à côté de ma voiture, poursuivit-il, tu as renversé la tête pour contempler l’immeuble, et je t’ai imaginée à genoux devant moi, levant sur moi ce même regard.

Sa voix avait pris une inflexion si rauque que je ne pus m’empêcher de me tortiller sur ses genoux.

— Quel regard ? soufflai-je.

— Un regard émerveillé. À la fois admiratif et… légèrement intimidé, répondit-il en plaquant les mains sur mes fesses pour m’inciter à me rapprocher de lui. Je n’ai pas pu résister ; je t’ai suivie à l’intérieur. Et tu étais comme j’avais rêvé de te voir, quasiment agenouillée devant moi. À cet instant précis, une demi-douzaine de fantasmes dans lesquels tu étais nue m’ont traversé l’esprit.

Je me souvenais d’avoir réagi de manière identique à son sujet.

— Quand je t’ai vu, avouai-je à mon tour, j’ai tout de suite pensé sexe. Sexe torride.

— Je m’en suis aperçu, dit-il en laissant courir ses mains de chaque côté de ma colonne vertébrale. Et j’ai compris que tu me voyais moi. Que tu voyais ce que je suis… ce qui est en moi. Tu m’as percé à jour instantanément.

Oui, et j’en étais tombée à la renverse – littéralement. Je l’avais regardé au fond de ses yeux et j’avais deviné à quel point il refrénait ses instincts. Quels démons l’habitaient. J’avais tout perçu : sa force, son désir, sa maîtrise de soi, ses exigences. Tout au fond de moi, j’avais senti qu’il me dominerait.

Découvrir qu’il avait été aussi bouleversé que moi me libérait d’un poids immense.

Gideon glissa les paumes sur mes omoplates, puis m’attira vers lui jusqu’à ce que nos fronts se touchent.

— Personne n’a jamais lu en moi avant toi, Eva. Tu es la seule.

Ma gorge se serra douloureusement. À bien des égards, Gideon était un être dur, et cependant, il était capable de se montrer infiniment tendre avec moi. Cette tendresse avait quelque chose de presque enfantin qui me ravissait parce qu’elle était si pure, si spontanée. Ceux qui ne prenaient pas la peine de voir au-delà de la saisissante beauté de ses traits et de son monstrueux compte en banque ne méritaient vraiment pas de le connaître.

— Pour les fantasmes, je ne m’en serais pas doutée, murmurai-je. Tu étais tellement… froid.

— Froid ? répéta-t-il, moqueur. Je brûlais de désir. Et je ne m’en suis toujours pas remis.

— Merci, soufflai-je.

— Je suis complètement dépendant de toi, déclara-t-il d’une voix enrouée. Tu imagines ? J’en suis à ne pas supporter l’idée de me passer de toi deux jours.

J’encadrais son visage de mes mains et l’embrassai.

— Je t’aime aussi, chuchotai-je. Et je ne supporte pas non plus l’idée d’être séparée de toi.

Il répondit à mon baiser avec une ardeur dévorante, et cependant, la façon dont il m’étreignait était empreinte de douceur. Comme s’il craignait de me casser. Quand il s’écarta, nous étions aussi haletants l’un que l’autre.

— Et pourtant, je ne suis même pas ton genre, le taquinai-je, histoire de détendre l’atmosphère.

Il était en effet de notoriété publique que Gideon avait un faible pour les brunes.

La voiture ralentit, puis s’arrêta. Angus en descendit, laissant le moteur et l’air conditionné en marche. Je regardai par la vitre : nous étions garés devant le Crossfire.

— À propos de genre, fit Gideon en appuyant la tête contre le dossier de la banquette, figure-toi que Corinne a été très surprise en te voyant. Tu n’étais pas du tout comme elle s’y attendait.

L’entendre mentionner son ex-fiancée me fit serrer les dents. J’avais beau savoir que leur relation n’avait été fondée, en ce qui le concernait, que sur l’amitié, cela n’empêcha pas les griffes de la jalousie de se planter en moi.

— Parce que je suis blonde ?

— Parce que… tu ne lui ressembles pas.

J’en eus le souffle coupé. Je n’avais pas réalisé que c’était à cause de Corinne Giroux que Gideon avait la réputation de préférer les brunes. Magdalene Perez – l’une des amies de Gideon qui regrettait de n’être pas plus que cela – m’avait avoué garder les cheveux longs pour ressembler à Corinne, mais je n’avais pas saisi les implications de cet aveu. Mon Dieu… si c’était vrai, cela signifiait que Corinne exerçait un énorme – et intolérable – ascendant sur Gideon.

Mon cœur se mit à battre plus vite et mon estomac se souleva. C’était irrationnel, je le savais, mais je haïssais cette femme. Viscéralement. Qu’elle ait pu un jour jouir des attentions de Gideon m’était insupportable. En fait, je haïssais toutes les femmes qui avaient connu ses caresses… son désir… son corps sublime.

J’amorçai un mouvement de recul.

— Eva, dit-il en plaquant les mains sur mes cuisses pour me retenir, je ne sais pas si elle a raison d’être surprise.

Je baissai les yeux et la vision de la bague qu’il portait à l’annulaire de la main droite – la bague que je lui avais offerte et qui signifiait qu’il n’appartenait qu’à moi – m’apaisa un peu. De même que son expression perplexe quand je croisai son regard.

— Vraiment ? répliquai-je.

— Si j’ai cherché à retrouver Corinne chez les femmes avec qui je suis sorti après elle, c’était inconscient. Je n’avais pas le sentiment de chercher quoi que ce soit jusqu’à ce que je te rencontre.

Soulagée, je lissai les revers de sa veste. Quand bien même l’eût-il inconsciemment cherchée à travers d’autres femmes, j’étais tout le contraire de Corinne, tant sur le plan de l’apparence que de la personnalité. J’étais unique aux yeux de Gideon. Une femme différente des autres à tous points de vue.

Si seulement cette certitude avait suffi à venir à bout de ma jalousie.

— C’était peut-être un modèle plus qu’une préférence, hasardai-je en lissant du bout de l’index le pli qui s’était creusé entre ses sourcils. Tu devrais demander ce qu’il en pense au Dr Petersen, ce soir. J’aimerais avoir davantage de réponses après toutes ces années de thérapie, mais ce n’est pas le cas. Il y a beaucoup de choses inexplicables entre nous, non ? Par exemple, je ne comprends toujours pas ce que tu vois en moi.

— C’est ce que tu vois en moi, mon ange, répondit-il posément, et son expression s’adoucit. Que tu puisses savoir ce qu’il y a en moi sans cesser de me désirer autant que je te désire. Chaque soir, je me couche avec la crainte de ne pas te trouver à côté de moi à mon réveil. Que tu ne prennes peur… que je fasse encore un de ces maudits cauchemars et que…

— Non, Gideon.

Ses paroles me brisaient le cœur. Me bouleversaient.

— Je ne te dis pas ce que je ressens pour toi comme tu le fais, mais je suis à toi. Tu le sais.

— Oui, je sais que tu m’aimes, Gideon.

Follement. Excessivement. Obsessionnellement. Autant que je l’aimais.

— Tu es ma drogue, Eva.

Il attira mon visage à lui pour me gratifier du plus doux des baisers.

— Je pourrais tuer pour toi, murmura-t-il. Renoncer à tout ce que je possède pour toi… Mais jamais je ne renoncerai à toi. Deux jours sans toi, c’est un déchirement. Ne me demande pas davantage parce que je ne pourrai pas te l’accorder.

Je ne prenais pas ses paroles à la légère. Sa fortune le protégeait, lui redonnait le pouvoir et le contrôle sur sa vie qui lui avaient été ôtés à un moment de son existence. Il avait été victime de brutalités physiques, tout comme moi. Qu’il soit prêt à perdre cette paix de l’esprit uniquement pour me garder auprès de lui en disait bien plus long que tous le je t’aime.

— Je n’ai pas besoin de plus de deux jours, Gideon. Et je ferai en sorte que tu ne le regrettes pas.

Une étincelle de désir flamba dans son regard.

— Aurais-tu l’intention de m’amadouer avec des gratifications sexuelles, mon ange ?

— Absolument, avouai-je sans honte. Des quantités. Après tout, cette tactique semble donner d’excellents résultats avec toi.

Il sourit, mais son regard se fit si acéré que mon souffle s’accéléra. Ce regard me rappelait – comme si j’avais pu l’oublier – que Gideon n’était pas homme à se laisser amadouer.

— Ah, Eva… ronronna-t-il en se laissant aller contre le siège avec la désinvolture du prédateur qui vient d’attirer sa proie dans sa tanière.

Un délicieux frisson me parcourut. Quand il s’agissait de Gideon, j’étais plus que disposée à me laisser dévorer toute crue.

Browse Sylvias International Editions:

View Titles Sorted by Country · View Titles Sorted by Language